• Accueil
  • > Archives pour septembre 2007

Archive pour septembre 2007

Il était Grand mon Petit à la télévision!!!

Vendredi 14 septembre 2007

photo058.jpg

Il est évident qu’il n’en faut pas beaucoup à une maman pour « tomber amoureuse » de son fils . Et moi ce soir j’avoue avoir été séduite par mon grand gaillard, mon artiste de fils qui a eu un petit passage dans le feuilleton tunisien de Hamadi ARAFA sur tv7!!! C’est vrai qu’il a eu un petit texte à dire mais j’ai trouvé sa prestation très prometteuse, son jeu très juste et sa présence à l’écran très belle et puis surtout qu’est ce qu’il était BEAU!!! , bref comme c’est de MON fils qu’il s’agit je l’ai trouvé tout simplement LE MEILLEUR!!!

Ce beau jeune homme de 23 ans a fait les frais de mon apprentissage du rôle de maman. j’ai appris avec lui à maîtriser mes peurs et mes angoisses de mère qui ne connaissaient rien aux bébés et qui un jour dans un pays étranger, sans famille et sans amis, s’est retrouvée  en tête à tête avec un petit être fragile, qui s’ouvrait à la vie et qui attendait qu’elle le fasse grandir! Je n’ai pas eu trop à chercher le comment des choses, c’était évident je l’ai abreuvé de mon amour et vêtis de ma tendresse, puis  j’ai laissé mon coeur et mon instinct de maman guider mes gestes et actes et le reste s’est fait tout seul.  C’est d’ailleurs lui qui m’a inspiré ce poème le jour de sa réussite à l’épreuve de la 6ème année de base ;

Écoutes Petit, Toi qui essaies de grandir 

Oublies tout ce qu’on t’a dit 

Efface de ta tête tous ces ouï-dire 

Les guerres ne sont pas finies 

Et boire du lait ne fait pas grandir 

Le mal n’est pas de mentir, 

Le mal est de taire la vérité 

Le mal n’est pas de se travestir 

Le mal est de travestir la réalité 

Apprends à lire, apprends à écrire 

Apprends à souffrir sans te lamenter 

Apprends à pleurer sans désespérer 

Apprends à aimer sans jamais t’écraser 

Sois un Grand Homme Petit, 

Mais saches garder ton humilité 

Tu blesseras peut être et tu seras blessé 

Mais jamais tu ne te déferas de ton humanité 

Je te dirais que si pour vivre 

Il est nécessaire de rêver 

Alors rêves Petit, mais que le rêve ne t’enivre 

Car son vertige donne surtout des nausées 

Tout compte fait Petit… 

Oublies tout ce que je t’ai dit ! 

Je suis peut être folle ou peut être rebelle 

La vie n’est pas moche la vie n’est pas belle 

La vie n’est pas ce qu’on en dit 

La vie est ce que l’on fait d’elle 

Il était une fois , un certain ramadhan…

Mercredi 12 septembre 2007

           ramadan.jpg

Le souvenir  dont je vais parler ne m’est pas inspiré par une chanson mais par l’avènement du mois de ramadan. En effet je garde en mémoire le souvenir d’un certain jour du mois de ramadan il y’a presque 17 ans, c’est une femme, en l’occurrence moi, tombée en pleurs devant une pomme rouge!

Ce ramadan là, j’étais enceinte de mon deuxième garçon  et un jour mon mari et moi étions invités chez des amis pour la rupture du jeûne.  Comme tous invités qui se respectent, nous ne pouvions pas aller chez nos hôtes les mains vides et nous avons opté pour des fruits en plus de la Khobzet fékia que j’avais moi même préparé à la maison. J’étais en pleine période de « Ou7am » et j’avais des envies bizarres, ça allait des « bananes rouges?! »(j’en avais rêvé) aux pommes vertes en passant par l’oeillet que j’avais vu dans un bac à fleur  d’une maison inconnue ou encore la « mloukhia » dont j’avais senti l’odeur chez une voisine du quartier; Même les pubs à la télé me donnaient l’eau à la bouche, je me souviendrais toujours de la pub  » Chambourcy Oh OUI! » que mon pere m’avait ramené de Paris et que j’avais caché pour ne pas en donner au reste de la famille!!! D’ailleurs les consignes étaient données pour qu’on ne me laisse pas regarder la pub sur FR2 ou sur TF1 parce que ce n’était pas toujours  évident de me ramener mes « envies » de Paris.

Alors pour revenir à ce dîner de ramadan chez nos amis, mon mari s’est arrêté devant le marchand de Fruits et était descendu choisir lui même la variété qu’on allait prendre avec nous. Et moi de mon siège en regardant les étalages je remarque la décoration méticuleuse faite sans doute par ce vendeurde fruits « tkerli et artisto ». Des pommes rouges bien astiquées étaient déposées délicatement sur des petits melons cantaloup! A la vue de ces fruits rouges et brillants je sentais l’eau me monter à la bouche. Alors sans tarder je demandais à mon fils d’à peine 5 ans d’aller dire à son père de nous acheter des pommes ce qu’il fit à contre coeur, mon mari qui avait déjà payé les fruits et s’apprêtait à sortir de la boutique , retourne m’en acheter unkilo sans trop de joie non plus. Quelle fût ma déception lorsque je découvris que les pommes achetées étaient de petites pommes jaunes et non les rouges qui m’ont fait baver!!! J’ai timidement fait remarquer à mon mari que c’étaient les rouges dont j’avais envie, mais il a refusé de retourner voir le  marchand parce que les pommes rouges étaient juste pour la décoration et il n’était pas question pour lui d’aller endemander au vendeur enargumentant que sa femme enceinte en avait envie, comme je le lui avais suggéré! J’étais dans un tel état de désespoir que mon mari bien qu’une vraie tête de turc, se résigna à aller « quémander » une pomme rouge. Le marchand de fruits m’en fit tout un paquet et refusa même d’être payé pour « une envie de femme enceinte ». Et quand enfin mon mari me mit le paquet de pommes rouges sur les genoux, j’étais si heureuse que j’ai ouvert le paquet et pris une pomme me mis à la sentir et sans comprendre pourquoi les larmes me coulaient sur les joues, je pleurais  et je ne pouvais pas me retenir. J’étais la « mechtéqa » de la famille, j’étais honteuse de moi, mais satisfaite quand même car je tenais dans mes mains mon fruit tant désiré!

Je n’oublierais jamais cet épisode de ma période de grossesse surtout que  je ne suis pas très fruits et encore moins pommes rouges!

ROMDHAN MABROUK A TOUTE LA TUNISPHERE!!!

votre blog bien inspiré au départ prend une tournure malheureuse..

Lundi 10 septembre 2007

ecrire.gif

C’est le commentaire que m’a laissé smam sur le post « ward ariana »!!! Cette phrase est tombée sur moi comme une véritable sentence. Cette sentence qui met à nu un mal être que je vis depuis quelques temps et que je me croyais capable d’exorciser à travers mes radotages sur mon blog, et voilà qu’encore une fois mes écrits me trahissent.

Mon blog est à l’image de ce que je suis autant qu’il est imprégné de mon humeur qui change au grès des évènements qui illustrent ma vie! Écrire a toujours été pour moi cette soupape de sécurité qui me permet de continuer quand tout en moi voudrait baisser les bras et s’écrouler; que des lettres n’ai je écrites et que je n’ai jamais envoyées! que des révoltes n’ai-je couchées sur mes notebooks faute de ne pouvoir les exprimer! que de disputes n’ai -je rapportées sur mes feuilles blanches par pudeur de les raconter! 

Écrire c’est aussi parler à mon fort intérieure, je n’écris pas que pour être lue, mais aussi pour me lire, peut être en me lisant verrais je plus clair en moi ! Mon blog est ce miroir où ne se reflétera que ce que je suis et ce que j’ai dans l’âme. Mon image est trompeuse parce que travestie par tous les subterfuges de la séduction , mes mots sont vrais, parce que crus et parce qu’ils racontent sans fausse pudeur mes joies et mes maux!

Alors mon blog, en ces temps de fin d’été, est quelque peu gris mais aucunement malheureux, il attend que les feuilles mortes soient toutes tombées afin de les balayer et de retrouver les fleurs de son jardin!

Poèmes et murmures …

Vendredi 7 septembre 2007

rencontre.jpg

Une apparition ??? 

 

Un jour que je m’étais égarée 

Ayant été perdue au fil du temps 

La vie a mis sur mon chemin 

Le doux sourie d’un Homme-enfant 

 

Son regard traversa mon corps 

Et je senti comme un frisson 

Je ne pouvais pas deviner alors 

Que naissait en moi une passion 

 

Je pris ce beau cadeau du ciel 

Et pris avec mes illusions 

Cet homme sorti de l’irréel 

Et mon âme, faisaient déjà fusion 

 

Je jouais au début à me refuser 

Mais je lui étais déjà acquise 

Mon cœur et mon corps pour lui vibraient 

Mais alors quel plaisir d’être conquise ! 

 

Cet Homme-enfant, je l’ai bercé 

De doux murmures, de mes secrets, 

Alors j’ai vu l’enfant s’endormir 

Et l’Homme dans mes bras se réveiller ! 

 

Je ne crois pas avoir rêve, 

Ni vu un quelconque fantôme, 

J’ai fait la conquête de cet Homme 

Et il a fait de moi une femme comblée.  

Premier Chagrin d’Amour (bis)

Lundi 3 septembre 2007

En lisant les commentaires faits au post du Gouverneur sur « le premier chagrin d’amour », je tombe sur une phrase qui m’a quelque peu surprise à savoir le risque de s’attirer les foudres de son partenaire si l’on évoque son  Premier chagrin d’amour!!!

Comment peut on croire que le souvenir d’un amour d’enfance puisse nuire à un couple dont les partenaires adultes ont consciemment et sciemment choisi de vivre ensemble et de construire une famille!!! Comment être jaloux d’un souvenir de jeunesse??? qui peut vraiment avoir la certitude que son partenaire n’a jamais aimé quelqu’un avant lui ou elle??? Un premier amour, n’est pas forcement le Grand Amour, ou l’Amour de sa vie. Le premier chagrin d’amour c’est ce premier bobo au coeur quand on ne connaît pas encore grand chose à l’amour et dont on parlera plus tard avec beaucoup de tendresse sans honte même à ses propres enfants. Il se pourrait qu’on ne se souvienne même pas du nom de la personne qui nous l’a causé, c’est juste le premier pincement au coeur qui nous a fait pleurer ou de la peine alors qu’on ne savait pas encore ce que c’est que l’amour.

Il se pourrait que je me trompe mais je ne peux pas comprendre que l’on puisse être jaloux d’un souvenir d’enfance!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mon Premier Chagrin d’Amour

Samedi 1 septembre 2007

           triste.bmp TON PREMIER CHAGRIN D’AMOUR

           Pleure doucement
           Pleure tes larmes de quinze ans
           Ton coeur ne sera jamais plus comme avant
           Pleure mon amour
           Tu te souviendras toujours
           Rien n’est plus beau qu’un premier chagrin d’amour.

Hugues Auffray

                                          

Certains constateraient sans doute que je suis quelque peu nostalgique ces derniers jours. Oui je le reconnais. En fait il m’est arrivé quelque d’assez sympathique qui, je l’avoue me procure beaucoup de plaisir. Je suis tombée sur un site (http://www.infodisc.fr)  dans lequel sont répertoriés les plus grands tubes et succès des Années 70. Et depuis je me délécte avec du Reggiani, du Brel, du Nougaro, et autres Adamo, Hugues Auffray, Michel Delpech, Dalida, Vartan, F. Hardy, sans oublier les incontournables, Bob Dylan, Joe cooker. Ce que j’ai adoré dans ce site c’est le principe de te lister les chansons, ce qui fait que l’on n’est pas obligé d’aller s’encombrer de  tout le répertoire d’un chanteur pour trouver celle qu’on cherche. Et depuis je ne décroche plus; dans la voiture, à la maison et au bureau. Je suis en plein « Années 70″. Et c’est en écoutant la chanson d’Hugues Affray : Ton premier chagrin d’amour, que l’idée m’est venue de parler du mien, « MON PREMIER CHAGRIN D’AMOUR ».

Chacun de nous à sa manière et à un moment de sa vie a vécu son « premier chagrin d’amour », les garçons diront « une déception amoureuse », orgueil quand tu nous tiens!!! Mais qu’importe l’appellation que l’on donnera à ce premier « tremblement de coeur », la douleur est la même et la souffrance est telle qu’on ne l’oublie presque jamais, parce qu’elle ne ressemble à aucune autre d’autant plus qu’un « premier chagrin d’amour » survient généralement, alors qu’on est encore au stade de l’apprentissage de l’amour avec le « premier flirt » j’entends par le « premier Amour » celui que l’on croit unique et éternelle. C’est souvent un amour platonique qu’incarne le voisin du quartier, le copain du frère ou le frère de la copine ou quelque fois le cousin ou le garçon qu’on a connu pendant les vacances d’été, ça va rarement plus loin.

Mon Premier chagrin d’amour, je l’ai vécu à l’âge de 18 ans, et il fût pour moi comme une véritable déchirure, je me souviens que j’avais passé toute la nuit à pleurer. Un amour de plus de 5 ans venait de se briser dans un moment d’emportement où aveuglée par ma fierté, j’étais partie en plaquant mon « premier Amour »!!! C’était la première fois que je le voyais dans la rue, seule sans toute mon escorte familiale ( c’était le copain de mon frère aîné). C’était la première et dernière sortie. Et ce soir là j’ai pleuré les larmes de mon corps et cela jusqu’au petit matin. Mon amie intime de l’époque avait beau tout faire pour me consoler, j’étais inconsolable. Ce chagrin d’amour à cet âge est aussi une remise en cause de l’image qu’on a de soi, « moi l’une des quelques filles les plus adulées de notre petite ville (samhouni ama allah ghaleb, c’était le cas, je n’y peux rien), être ainsi traitée de petite fille gâtée qui n’arrivait pas à mûrir!!!  waoooo, j’étais meurtrie, blessée et irrémédiablement brisée! Mon ego en a pris un sacré coup!!! Ce soir là je croyais que je ne m’en remettrai jamais, et que mon chagrin allait définitivement me hanter le restant de mes jours … Mais les jours ont passé et que d’eau a coulé sous le pont de ma vie entraînant avec elle d’autres chagrins et quelques soucis. Mais pour qui sait nager contre vents et marées, de nombreux moments de bonheurs étaient là pour m’embarquer vers d’autres rivages et sous des cieux plus cléments où trois soleils illuminent ma vie, même si l’un d’eux a été le responsable de « mon Premier chagrin d’amour ». 

Et je voudrais inviter très amicalement à  raconter l’expérience de leur PREMIER CHAGRIN D’AMOUR:  Téméraire, Azwaw, Caméleon, nostra, TUNISIENDOCTOR, anaïsnin, Anouar, MrBien, le gouverneur, Héliodore.