• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 9 août 2007

Archive pour 9 août 2007

Meet up (2): en Réponse à vos commentaires.

Jeudi 9 août 2007

                  femme1.jpg                            

@ mariouma,@ Gouverneur de Normalland, @ 3amrouch,@ Glomk,
@ SafOne, @ Cameleon, @ TunisianDoctor, @ Azwaw, @ Stupeur,
@ Hmayed, @ Anouar, @ Psynaj,@ Héliodore : à la lecture de vos aimables commentaires qu’ a suscité mon post sur l’anonymat et les meet up, j’ai préféré faire une réponse générale sous forme de  note.
je constate que les avis penchent plutôt vers les meet up, ce que je respecte beaucoup et j’ai sans doute raté une très bonne occasion de rencontrer des gens super intéressants avec lesquels j’aurais sans nul doute passé des moments très agréables et pourquoi pas noué des amitiés enrichissantes et pourquoi pas durables. J’aoue que j’ai longtemps hésité avant de me retracter à aller à ce meet up, mais j’avais en moi cette envie de maintenir le jeu du secret et de l’anonymat.  Et pour cela,  je voudrais vous conter une anecdote que m’avait racontée un ami à mon père, lorsque j’étais encore adolescente et que le monde des poètes et des intellectuels dont cet ami faisait partie, m’intriguait et me fascinait.

Dans les années 40, il y avait en tunisie et particulièrement à Tunis, un cercle de poètes et d’hommes de lettres qui se retrouvaient dans une villa à Saint henry, l’actuel El3omran, dans cette villa, les membres s’échangeaient leurs dernières créations et débattaient des sujets d’actualité de l’époque, mais le plus intéressant dans l’histoire, c’est que tous les soirs, une dame appelait au téléphone pour parler avec ces hommes là, personne en fait ne connaissait cette dame dont la voix et les idées envoûtaient l’assistance. C’était visiblement une dame d’une très grande culture (arabe et française), qui devait sans doute appartenir à une famille tunisoise de haut rang. Elle prit l’habitude de les appeler pour partager avec eux quelques moments de « flirt intellectuel » fait de poèmes qu’elles écrivait elle même ou de textes de chansons qu’elle leurs chantait de sa voix suave et tellement sensuelle. Bien sûr les hommes étaient presque tous amoureux de cette belle inconnue du téléphone dont il ne connaissait que le pseudonyme mais qui les intriguait chaque jour d’avantage.

Puis un jour, ces hommes avaient décidé de demander à voir la dame en vrai… Le plus courageux d’entre eux avait fait la requête à la Dame dont la réponse fût claire et directe: » si j’accepte de venir vous voir et dévoiler mon identité, je le ferais à la seule condition de cesser tout contact avec vous, si vous êtes d’accord pour ne plus entretenir notre relation par téléphone, je viendrais vous rencontrer et ça sera la dernière fois où vous entendrez parler de moi… » En réfléchissant au deal proposé par leur belle inconnue, les membres du cercle ont préféré garder leur Dame du téléphone et les plaisirs que ses riches discussions leurs procurent, plutôt que perdre l’amitié fut elle même virtuelle avec cette grande dame de culture.

Cette relation d’ »amour spirituel et intellectuel »  a continué quelques années encore mais jamais on n’a pu connaître l’identité de cette belle inconnue. Il y eut des doutes sur certaines femmes tunisoises connues pour leurs qualités intellectuelles mais jamais aucune certitude sur celle qui pourrait être leurs « flirt spirituel ».
Cette histoire est parmi celles qui ont marqué mon adolescence. J’étais moi même fascinée par le jeu de cette Dame et je me disais à l’époque que j’aurais moi même voulu entretenir une relation de ce genre où les choses de l’esprit l’emportent sur les choses du corps, où l’inaccomplissement du matériel entretient le plus fou des fantasmes intellectuels.