Archive pour août 2007

poèmes et murmures…

Jeudi 30 août 2007

klein01.jpg

Il n’y a pas si longtemps… 

Je voudrais tellement arrêter le temps,

Suspendre le vol de ce grand tyran qui

Sans s’attarder passe vite sur nos beaux moments

Mais qui sur nos tristesses, prend tout son temps !

Pourtant, il n’y a pas si longtemps moi j’avais vingt ans !!!

Ce temps qui règne en maître et seigneur

Se jouant de nous par sa changeante humeur

Et nous sachant à la merci des ses petites heures

Nous gratifie de son lot d’angoisse, de soucis et de peur !

Pourtant, il n’y a pas si longtemps moi j’avais vingt ans !!!

Il est toujours là à nous rappeler l’éphémère des choses

Il est toujours là à surprendre nos moindres gestes et poses

Il est toujours là à peser lourds sur nos jours moroses

Et se presse de creuser ses sillons sur nos petites joues roses !

Pourtant, il n’y a pas si longtemps moi j’avais vingt ans !!!

Il nous sait déjà vaincus et désarmés

Il joue à nous à nous laisser du temps à gagner

Et nous fait croire qu’il peut être aussi notre allié

Et même quand fatigué on s’arrête, lui sans continue de s’en aller !

Maintenant je me souviens…

 

Il y a bien longtemps que je n’ai plus vingt ans !!!

Madame nostalgie!!!

Mercredi 29 août 2007

Madame nostalgie!!! dans une chanson ... un souvenir!!! mp3 franoisehardymonamielarose.mp3[

On est bien peu de choses : Françoise Hardy 

photos0185.jpg

Mon journal intime dans lequel j’ai mis mes premiers émois il ya de cela 33 ans 

Qui de nous, surtout les filles n’a pas tenu un cahier de souvenirs ou un journal intime qui abrite nos pensées les plus secrètes  celles qu’on n’osait pas avouer et pourtant  Dieu qu’elles étaient candides!!! C’était notre jardin secret qu’on cultivait avec amour et où l’on déposait pour laisser fleurir nos histoires d’amour naissantes, nos chagrins de coeur et nos projets de rébellion contre l’autorité parentale. Mon journal intime que je garde toujours depuis 33 ans, et que je relis avec beaucoup de tendresse mêlée au plaisir de retrouver un peu de ma candeur de jeune adolescente très fleur bleue, je rêvais de mon prince charmant au rythme des chansons françaises et des slows anglais des années 70, et début 80. Les dédicaces du « concert des auditeurs » de Faïka, les émissions nocturnes de Faïza Ghachem ou les chansons engagées tellement prisées et si bien présentées par Notre Cher Habib Belaïd  » Cheikh Limam, Marcel Khalifa et le superbe Maxime Leforestier, entre autres ». Je participais avec mes poèmes aux émissions de Habib Belaîd, et même qu’une fois j’avais été invitée par lui pour participer à son émission radiophonique en direct du vendredi. Peut être se souvient il d’une jeune fille de 16 ans aux cheveux longs et clairs en robe rouge?!  

Et c’est en souvenir de ce journal intime que je propose cette chanson qui m’a inspiré un poème Complainte à Une Rose  que j’ai écrit à l’âge de 17 ans quand je signais mes écrits de mon pseudo avec au bout une marguerite très années 70… de cette époque je garde encore dans mon écriture mes ronds sur les (i)…

Mok’rahon akhaka lé batal ! Je déteste mais je suis obligée de faire!!!

Mardi 28 août 2007

                                       006.jpg

Merci à Tunisian Doctor d’avoir pensé à moi concernant ce ce jeu de « je déteste mais je suis obligé de faire ». Je devrais créer un blog spécialement pour y répondre, même si dans des moments de pure utopie,  je me crois capable de ne faire que ce que, j’aime ou je veux. Enfin sans plus tarder je vais essayer de citer  dans le désordre le plus absolu (un peu comme mon planning actuel) quelques unes de choses que je fais par obligation alors que je déteste:

  • quitter souvent la maison pour le travail. Ayant été pendant plus de 18 ans femme au foyer, mon chez moi me manque et j’ai comme l’impression que mon chez moi n’est plus à moi, je squatte chez ma b… !
  • Subir la circulation de l’avenue Mohamed V pour aller au travailemoticone
  • Faire le régime et surtout me priver de viennoiserie que J’ADOOORE!!!
  • faire des courses dans les centres commerciaux et surtout faire la queue à la caisse.
  • Faire la vidange de la voiture ! tiens ça me rappelle que je dois la faire mon compteur a atteint les 10 000 km.
  • Les visites obligées à l’occasion de certaines circonstances.
  • je déteste voir la même voiture rouler devant moi pendant longtemps, mais code de la route oblige, dés fois et quand je ne peux pas dépasser ( ce qui est rare), je ralentis pour laisser venir un autre véhicule devant moi pour changer de vue!!!
  • Raccompagner mon p’tit mec au lycée à 7h45 du matin et me taper l’embouteillage d’el Menzah 9 c’est morteeeeellllll!!!!emoticone
  • Pleurer et devoir mentir à mes gars sur les vraies raisons de mon chagrin.
  • Gronder mon ptit mec et lui remonter le col de la chemise, je le fais mais je suis malade après, il a un regard triste qui me tue de remords.
  • Faire des remarques au personnel de la maison ça fait une mauvaise ambiance et ça boude après , mais el a3oaj inattaq allah ghaleb!!!emoticone
  • Rester plus de 5 jours sans a3chiri, mais el khosa tohkom!emoticone
  • transpirer quand je fais de la marche et pourtant je fais tout pour.
  • Mentir sur certaines choses pour éviter de faire de la peine à certaines personnes, cependant j’évite au maximum d’être entraînée dans les sujets qui fâchent. 
  • faire certaines lectures mais mon travail m’oblige à être au fait de l’actualité nationale…Scelle
  • offrir mon chocolat noir à 85% et voir la personne le croquer d’un seul coup! Pour moi ce genre de friandise si chére à mon palais est à laisser fondre dans la bouche pour faire durer le plaisirMecontent

je vais me contenter de ces quelques exemples de « devoirs » parce qu’en me relisant je sens remonter en moi mes frustrations!!!

Annonce Urgente : A la recherche de la perle rare

Vendredi 17 août 2007

          aide.jpg

 Il y a quelques jours je décidai de prendre quelques jours de congé afin profiter avec ma famille de quelque moments de vacances et de farniente. J’avais compté sans mon aide ménagère que je vais appeler parce que c’est ainsi qu’on les appelle sans hypocrisie : ma bonne. En effet cette dernière, voyant que je me préparais à partir avec mes mecs pour quelques jours de vacances dans notre « maison de la plage », s’est rappelée à son tour le mariage de la sœur, la circoncision du petit cousin, mais le plus urgent c’était la maladie de la grand mère qui risquait de mourir ce qui compromettrait toutes ces festivités.  Mais voilà ma bonne est partie sans laisser d’adresse, emportant avec elle le portable de mon fils et son chargeur, mon kaftan rouge brodé d’or mon coffret de maquillage de grande marque (authentique), quelques faux bijoux et le sac assorti au kaftan, elle n’a pas pu prendre les mules avec, je chausse trop petit pour elle… Mais le plus précieux dans tout ce qu’elle m’a pris c’était mes vacances tant et tant rêvés!!!  

Et commença alors le ballet des bonnes qui viennent mais qui ne restent pas. La télé, la parabole et le portable ont changé le temps et ces filles avec, mais moi je n’ai pas pu m’adapter à ce temps où la confiance, el amena et el3echra ne sont plus des choses sacrées!!! Depuis je suis sans aide ménagère c’est pourquoi je profite de mon blog pour passer cette annonce peut être qu’ici j’aurais plus de chance de trouver la Perle Rare : 

Femme au Travail, cherche femme sans travail pouvant entretenir son foyer, le salaire est négociable mais le dernier mot reviendra à l’employée laquelle sera priée de ne pas trop abuser du téléphone afin de laisser à l’employeuse de petits moments pour demander des nouvelles de la maison. L’employée est priée de ne voir son « fiancé » que 6 jours par semaine. Le 7ème jour étant consacré à l’employeuse, l’employée est priée d’éviter ce jour là, de tomber malade elle même ou aucun autre membre de sa famille. L’employée qui disposerait de la garde robe de l’employeuse serait priée de ramener les vêtements une fois utilisés et ça ne fait rien pour le pressing c’est à la charge de l’employeuse. L’employée serait aimable d’informer l’employeuse dés que les provisions du garde manger sont terminés afin que celle ci puissent se réapprovisionner et ne pas rester en panne de fruits de yaourts, fromages, œufs, thon et autres miel et friandises… L’employeuse serait très reconnaissante si l’employée voulait bien avoir la gentillesse de ne pas jeter la peau (des fruits), les pots (de yaourts) et l’emballage en plastique, sous les lits ou dans les coins et recoins de la maison. L’employée est avertie à l’avance qu’elle ne peut disposer de la télé et de la mini chaîne du salon que durant l’absence de l’employeuse ce qui lui laisse quelques 12 heures de libre usage de toutes les télécommandes, après quoi elle serait priée de les remettre à leurs places et de regarder la télé dans sa chambre et de baisser le son aussi. Enfin et à sa convenance et selon sa disponibilité, l’employée est priée de faire le ménage, et le repassage si possible, le manger est réservé à l’employeuse, laquelle s’engage aussi à partager son salaire avec l’employée si cette dernière répond aux critères de recherche susmentionnés. 

Bizarre le Big Bazar!!!

Jeudi 16 août 2007

nonmerci1.bmp

Il y a quelques jours j’ai été récupérer mon fils de chez son ami avec lequel il avait passé le week end dans l’appartement familial (acquit selon la formule Timeshare!!!) dans la très huppée Hammamet Sud.

En attendant l’arrivée de mon gars qui a été saluer et remercier ses hôtes pour leur hospitalité, je me suis proposée de faire un tour dans la Médina histoire de faire passer le temps, et là qu’est ce que je découvre??? un immense souk de camelotes, le « Géant » de la contrefaçon et de l’imitation : toutes les grandes marques étaient présentes; du Chanel au Louis Vuitton en passant par les Prada, Chloè, Dior, Gucci, Fendi et autres Lacoste, Paul & Sharq, Ralph Lauren et Newman… une vraie caverne d’Ali Baba remplie de chaussures, de mules de sacs de costumes de tee shirts de maillots de bains de chemises de jeans et tous les accessoires pour le look Fashion et branché… j’étais !!!

Et comme « chassez le naturel il revient au galop »,  ma nature curieuse me fait faire un tour des bazars en posant des questions auxquelles les vendeurs ont répondu sans vraiment se faire prier; c’est ainsi que j’ai su que les produits venaient en grande partie de Chine et de Turquie alors que d’autres sont fabriqués localement! La qualité de l’imitation est ahurissante, la ressemblance et la finition sont très franchement dignes des grandes griffes d’origine, le plus averti des acheteurs n’y verrait que du feu! super nickel!!! Sauf pour les produits Tunisiens dont la finition est comme vous l’avez sans doute deviné laisse à désirer!!!

La vision de ce grand bazar de la contrefaçon étrangère et de la camelote nationale, m’a donné un goût d’amertume à la bouche. Si on prend en compte certaines études européennes qui ont établi le fléau mondial de la contrefaçon comme une activité criminelle qui  » Non seulement elle finance le grand banditisme et les réseaux mafieux (trafiquants d’armes, de drogue…), mais des liens entre certains contrefacteurs et des groupes terroristes ont pu être mis en évidence. » (d’après le Rapport d’information sur la sécurité intérieure présenté par l’Assemblé Nationale française en 2002).

J’avoue que comme beaucoup de personnes, il m’est arrivé de  flasher sur certains produits de luxe que j’ai achetés chez les vendeuses de la contrefaçon de l’habillement et de la maroquinerie dont le rapport qualité prix est chez elles un argument de vente très fort: pourquoi acheter très cher un produit dont la mode sera vite dépassée alors qu’on peut l’avoir pour pas trop cher (mais cher quand même!!!). Mais à partir du moment où l’on connaît les tenants et aboutissants d’un tel commerce,  céder à la tentation c’est se rendre complice de ce crime! Et parler de crime ce n’est trop dire quand on sait que ce fléau de la contrefaçon touche tous les domaines de consommation: l’habillement, accessoires de mode, logiciels de jeux oeuvres musicales, films, pièces de rechange automobiles et même aéronautiques, produits cosmétiques et alimentaires et même pharmaceutiques et c’est ça le plus dramatique c’est quand la vie des gens n’a plus de valeur devant le gain facile que peut générer un tel commerce!!!

Je suis en droit de me poser des questions quand je sais quand que d’un côté, et à la mi-juillet une loi a été amendée par les deux chambres du parlement Tunisien, visant à intensifier la lutte contre la contrefaçon et la vente des produits piratés sur le marché Tunisien et que par ailleurs ces produits sensés êtres interdits sont exposés et vendus au vu et au su de tout le monde et sous le nez des autorités qui plus est, dans un site touristique supposé être une des vitrines du pays!!!! 

El 3ibdillia, j’y étais…

Vendredi 10 août 2007

           016.jpg

Le 9 août, comme je vous l’avais annoncé en scoop, et bien longtemps après moi les médias Clin doeil, Tawfik Jebali a présenté la production de son atelier de travail « Théâtre Studio » 2007, au Palais El 3ibdillia.

Comme d’habitude le public de Tawfik Jebali était très nombreux à être au rendez vous. La Pièce dans sa version originale est le fruit des ateliers de travail des élèves d’El Teatro studio et a été mise en scène  par Atef Ben Hassine. Celle que nous avons vu hier, a été une relecture de l’oeuvre par Tawfik Jebali. Et même si ce grand du théâtre a gardé certaines scènes de la pièce, on remarque une redistribution de certains rôles et des ajouts de scènes et de personnages dans un autre agencement de l’espace, le résultat fût différent de l’oeuvre originale. C’était du pur délire à la manière de Tawfik Jebali

Moi j’ai retrouvé des amis que je n’ai plus vus depuis si longtemps et ce fût un vrai bonheur:  c’est ça l’esprit El Teatro, le meilleur est toujours dans les coulisses ou l’avant et l’après spectacle. On papote on s’embrasse, on se félicite pour des choses et d’autres, on se remémore des souvenirs communs, on se présente mutuellement les enfants que l’on a connus tout jeunes et qui maintenant sont de vrais ados objets de fierté.

Hier l’ambiance finale était si festive notamment grâce à la musique finale de la pièce que j’ai personnellement partagé quelques pas de rumba avec l’inégalable Zeineb Farhat, le personnage clé de Tawfik Jebali et sans lequel El Téatro n’aurait sans doute pas eu le même goût! 

 

Meet up (2): en Réponse à vos commentaires.

Jeudi 9 août 2007

                  femme1.jpg                            

@ mariouma,@ Gouverneur de Normalland, @ 3amrouch,@ Glomk,
@ SafOne, @ Cameleon, @ TunisianDoctor, @ Azwaw, @ Stupeur,
@ Hmayed, @ Anouar, @ Psynaj,@ Héliodore : à la lecture de vos aimables commentaires qu’ a suscité mon post sur l’anonymat et les meet up, j’ai préféré faire une réponse générale sous forme de  note.
je constate que les avis penchent plutôt vers les meet up, ce que je respecte beaucoup et j’ai sans doute raté une très bonne occasion de rencontrer des gens super intéressants avec lesquels j’aurais sans nul doute passé des moments très agréables et pourquoi pas noué des amitiés enrichissantes et pourquoi pas durables. J’aoue que j’ai longtemps hésité avant de me retracter à aller à ce meet up, mais j’avais en moi cette envie de maintenir le jeu du secret et de l’anonymat.  Et pour cela,  je voudrais vous conter une anecdote que m’avait racontée un ami à mon père, lorsque j’étais encore adolescente et que le monde des poètes et des intellectuels dont cet ami faisait partie, m’intriguait et me fascinait.

Dans les années 40, il y avait en tunisie et particulièrement à Tunis, un cercle de poètes et d’hommes de lettres qui se retrouvaient dans une villa à Saint henry, l’actuel El3omran, dans cette villa, les membres s’échangeaient leurs dernières créations et débattaient des sujets d’actualité de l’époque, mais le plus intéressant dans l’histoire, c’est que tous les soirs, une dame appelait au téléphone pour parler avec ces hommes là, personne en fait ne connaissait cette dame dont la voix et les idées envoûtaient l’assistance. C’était visiblement une dame d’une très grande culture (arabe et française), qui devait sans doute appartenir à une famille tunisoise de haut rang. Elle prit l’habitude de les appeler pour partager avec eux quelques moments de « flirt intellectuel » fait de poèmes qu’elles écrivait elle même ou de textes de chansons qu’elle leurs chantait de sa voix suave et tellement sensuelle. Bien sûr les hommes étaient presque tous amoureux de cette belle inconnue du téléphone dont il ne connaissait que le pseudonyme mais qui les intriguait chaque jour d’avantage.

Puis un jour, ces hommes avaient décidé de demander à voir la dame en vrai… Le plus courageux d’entre eux avait fait la requête à la Dame dont la réponse fût claire et directe: » si j’accepte de venir vous voir et dévoiler mon identité, je le ferais à la seule condition de cesser tout contact avec vous, si vous êtes d’accord pour ne plus entretenir notre relation par téléphone, je viendrais vous rencontrer et ça sera la dernière fois où vous entendrez parler de moi… » En réfléchissant au deal proposé par leur belle inconnue, les membres du cercle ont préféré garder leur Dame du téléphone et les plaisirs que ses riches discussions leurs procurent, plutôt que perdre l’amitié fut elle même virtuelle avec cette grande dame de culture.

Cette relation d’ »amour spirituel et intellectuel »  a continué quelques années encore mais jamais on n’a pu connaître l’identité de cette belle inconnue. Il y eut des doutes sur certaines femmes tunisoises connues pour leurs qualités intellectuelles mais jamais aucune certitude sur celle qui pourrait être leurs « flirt spirituel ».
Cette histoire est parmi celles qui ont marqué mon adolescence. J’étais moi même fascinée par le jeu de cette Dame et je me disais à l’époque que j’aurais moi même voulu entretenir une relation de ce genre où les choses de l’esprit l’emportent sur les choses du corps, où l’inaccomplissement du matériel entretient le plus fou des fantasmes intellectuels.  

Meet up versus Anonymat

Lundi 6 août 2007

lemasque.bmpDés que j’avais entendu parler du Meet up du dimanche à Biwa, je me suis très vite emballée, tellement l’idée de rencontrer les blogger pour de vrai m’a semblé magique. L’invitation m’a été faite  par Ali de Khil we lil et j’ai rapidement accepté en me disant que l’expérience me tentait! j’avais même projeté d’aller avec une amie et de pas m’annoncer avant de voir si j’arrivais d’abord à reconnaître par moi même la table des blogueurs.

Mais au moment de me décider à partir vers le lieu du rendez vous, je me suis dégonflée!!! j’ai eu peur de briser cet anonymat qui a été le premier catalyseur de mon activité « blogologique ». Et si en me dévoilant et en connaissant mes auteurs et lecteurs anonymes, je perdais cet enthousiasme de me raconter ou de les lire??? Je n’aurais peut être plus cet engouement de suivre la blogshère puisque mise à nue, elle perdrait pour moi son charme énigmatique de l’inconnu, de l’imaginaire.

Écrire sans visage est pour moi, un très puissant « aphrodisiaque » de l’inspiration intellectuelle. je me donne dans mes écrits sans retenue, sans inhibitions, sans crainte de préjugés ou de méprise. Mes mots sont justes, mes émotions sont réelles et mes états d’âme sont sincères. je n’use pas d’artifices parce que je n’appréhende le regard de l’autre puisque l’autre ne me connaît pas. Mes clins d’oeil je les glisse et je m’amuse à deviner si les concernés se reconnaissent.

Écrire à visage découvert  dans un blog, surtout comme le mien où le contenu est très intimiste, objectif, personnel, c’est comme faire un strip-tease sous les feux des projecteurs. Tout est alors donné dans la lumière et il n’ y a plus aucun fantasme à en tirer. Dans un blog chacun de nous fait à sa manière son strip-tease, il danse dans son style sa danse du feu, qui n’a de charme réelle que la nuit quand les lumière sont feutrés et indirectes. Toute la beauté est dans la suggestion.

Tous les jours je passe en revue, un très grand nombre de blogs, ils y a les incontournables, les « par hasard » et les nouvelles découvertes; et tous les jours mon paysage blogosphérique s’enrichit de choses et d’autres qui me donnent cette envie d’aller piocher encore et encore dans les liens qui me renvoient à de nouvelles explorations. Mais pas une fois je n’ai lu un post où je n’ai imaginé l’auteur(e) de cette note. J’ai mis des visages et des corps sur des écrits, des mots des choix de musiques ou de photos. Et j’ai imaginé un Téméraire intello, plutôt charmant que beau, une metallic naddou grande culture et un peu grande gueule, un samsoum esprit américain mais coeur très Tunisien plutôt mignon, une Massir, assez cultivée avec un look sportif et un chouaya branché, Emna benji, une femme d’humour et plutôt BCBG, le gouverneur, je le croyais plus vieux et honnêtement, j’avais imaginé un tout autre personnage, son humour et sa pertinence mais la réalité est toute aussi agréable et connaissant le domaine de son activité je peux très comprendre le regard qu’il porte sur les choses. Je peux très bien me tromper mais j’aime ce jeu des visages. J’aime l’idée de la rencontre fortuite entre mes « lecteurs-auteur(es) » dans un restaurant, un salon de thé, un complexe commercial ou tout autre lieu publique, sans que l’on se reconnaisse. Chaque femme, chaque homme que je vois pourrait être ce blogeur(se) dont j’adore les écrits ou les critiques, ou celui ou celle qui m’a laissé un  commentaire dans mon blog.

Voilà pourquoi réflexion faite, j’ai préféré continuer le jeu (mon jeu), ce qui ne m’empêchera pas d’avoir des amitiés via msn et d’éprouver un immense plaisir à discuter ensemble!!! je pense à Ali, le gouverneur, nostra, et Caméléon qui elle aussi a déjà abordé le sujet de l’anonymat.

Gad 2: Brabby une question qui me donne des insomnies!!!

Vendredi 3 août 2007

tnarvize1.gifLe spectacle de Gad s’est déjà de l’histoire, on a parlé de billets qui ont été vendu au marché noir à 70 dt, il y avait parait-il un monde fou , il donné un nouveau spectacle en reprenant quelques passages de « l’autre c’est moi », et il a chanté aussi « le petit oiseau ». Mais la question qui m’a le plus intriguée et même si autour de moi on a supposé plusieurs réponses et scénarios: Pourquoi est ce que le prix du billet initial est de 21 et 31dt, il y a ce 1dt qui m’intrigue. Est ce que quelqu’un ou quelqu’une se serait attribué une commission de 1dt sur chaque billet vendu????? Brabby si quelqu’un ou quelqu’une connaît la réponse qu’il veuille bien éclairer ma lanterne.