• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 17 juillet 2007

Archive pour 17 juillet 2007

qoll waqt ou waqtou!

Mardi 17 juillet 2007

Un post de etsijavaistort sur la vulgarité et l’indécence de certaines tunisiennes, m’a rappelée combien les choses ont changé, mais et surtout en si peu de temps. Je n’ai plus 20 ans depuis longtemps déjà mais je me considère tout de même comme une femme moderne et toujours à la page et ce que je constate autour de moi est, le moins qu’on puisse dire, très grave. Je ne porte pas de jugement de valeurs sur ces filles et femmes là mais je constate l’état dramatique de nos valeurs et je ne parle pas de la morale seulement, mais à tous les niveaux, nos valeurs ont tristement ( c’est mon opinion qui n’engage que moi) dégringolé!!! Il m’arrive souvent d’ailleurs de remercier Dieu de m’avoir donné des garçons dont les pb sont tout de même d’un autre ordre.

Dans mon vieux journal intime jauni par tant et tant d’années et que je garde comme toutes les choses qui racontent ma vie et qui sont témoins de ce que je suis, j’ai trouvé une petite histoire que j’ai écrite moi même à l’âge de 17 ans quand  la virginité était ce genre de chose qui nous trottait dans la tête et la femme qui grandit en nous commençait à se poser des questions. Certains riront peut être de ces pensées et les trouveront un peu ringardes, mais c’était l’esprit de l’époque et c’était important.

Remords

Elle marchait seule, la gorge serrée, les larmes aux yeux. Elle regardait sans voir les vagues qui venaient mourir à ses pieds bleuis par le froid, et entendait sans écouter le gémissement du vent dans la mer. Elle ne savait plus combien de temps est passé déjà depuis qu’elle avait déserté son village pour errer ainsi à la recherche d’une consolation, d’un réconfort peut être. Tout cela, ces tourments qu’elle vit à cause d’un coup de tête. Elle aurait préféré mourir, plutôt que vivre ces moments si affreux, alors que quelques instants auparavant, elle venait de quitter son adolescence pour devenir « Femme ». Elle n’avait que 17 ans et pourtant sans hésiter, elle avait accepté de franchir ce pas. Elle avait été aimée comme elle en avait toujours rêvé.

Elle n’avait jamais pensé à son sort une fois qu’elle avait fait ce qu’elle voulait. Elle n’avait pas pensé au « qu’en dira-t-on », mais maintenant, il faut qu’elle s’y fasse. Et ses parents et ses amies, avec quel visage va-t-elle les retrouver? Est ce avec un visage triomphant parce quelle est parvenue à ses fins et parce qu’ainsi elle aurait prouvé qu’à 17 ans on n’était plus tellement enfant!? Ou est ce en pleurant et on implorant leur pardon d’avoir ainsi abusé de leur confiance!?

Et cet Homme qu’elle a aimé, pense-t-il encore à elle, à ce qu’il vient de se passer entre eux??? Ou bien va-t-il l’ajouter à sa collection de maîtresses, fier de sa nouvelle conquête!? Cet qui a su lui donner ce qu’elle lui avait demandé, lui qui a su si bien la posséder, comprend il que pour elle tout a changé. Se rend il compte de ce qu’il vient de faire? Il l’a rendue heureuse quelques moments pour la condamner au  malheur à jamais.

Toutes ces idées se bousculaient dans sa tête décoiffée. La pluie qui frappait son visage n’arrivait pas à détendre ses traits… Elle s’éloignait comme une automate… Les bruits réguliers de ses pas se confondaient au son des vagues…Elle n’était plus qu’un point noir… que la nuit effaça.